All pictures on this blog are on High Resolution, click on images for looking in full screen, it's better for your eyes.


Toutes les images de ce blog sont en Haute Résolution, cliquez sur les images pour regarder en plein écran, c'est mieux pour vos yeux.

For sharing photos in HD spread the word on the forums, shops... in your respective countries, I thank you in advance for your help. You can send your pictures (HD) here.


Pour le partage des photos en HD passer le mot sur les forums, les boutiques... dans vos pays respectif, je vous remercie par avance pour votre aide. Vous pouvez envoyez vos photos (HD) ici.

dimanche 21 décembre 2008

mercredi 17 décembre 2008

mardi 16 décembre 2008

Ferrari F40





Oh, mon dieu, le sacrilège un auto radio, quelle honte !
Credit : JaseMan



Pour les 40 ans de la marque Ferrari, Enzo Ferrari décidait de construire la voiture de série la plus performante et efficace de tous les temps. Elle fut dévoilée devant les médias du monde entier, la voiture étant mystérieusement cachée, jusqu'au dernier moment, sous une housse rouge frappée du logo F40. Enzo Ferrari mourut un an après la commercialisation de cette voiture, à l'âge de 90 ans.

La F40 fut un réel succès car les 400 exemplaires prévus furent vendus en très peu de temps. Au final, Ferrari décida d'augmenter la production à 1 311 exemplaires.

Technique

Au niveau technique, cette Ferrari est propulsée par un V8 de 478 chevaux suralimenté par deux turbocompresseurs et deux intercoolers montés sur un châssis dont le poids ne dépasse pas 1 100 kg. Pour réduire le poids de la voiture, les portes sont totalement vides avec une masse d'environ 1,5 kg, le carter, le bloc moteur et les culasses sont en alliage d'aluminium-silicium (silumin) et les parois internes des chemises en aluminium sont renforcées par le dépôt électrolytique d'une couche nickel-carbure de silicium (nikasil) pour réduire les coefficients de friction et améliorer la lubrification et la résistance aux hautes températures. La voiture passe de 0 à 100 km/h en 4,1 secondes. Selon Ferrari, le 1 000 m départ arrêté est effectué en 21,8 secondes. La vitesse de pointe annoncée est de 324 km/h.

lundi 15 décembre 2008

Ferrari 308 GTB Quattrovalvole




Credit : JaseMan

La Ferrari 308 GTB est un coupé 2 places construit par le constructeur automobile italien dans les années 1970 et 1980.

Historique

Les premières versions à 4 carburateurs et à coque en polyester (1975 à 1977) firent place aux modèles à injecteurs et à caisse en acier (1977 à 1985), ces derniers sont moins côtés aujourd'hui. Le modèle bénéficie d'une évolution sous l'appellation 328.

Ce modèle est représentatif des GT à moteur V8 (berlinette), l' « entrée de gamme » de Ferrari; il se base sur l'architecture de la Dino et donnera naissance à une lignée de petites sportives très nerveuses: 348, F355, 360 et dernièrement F430, toutes déclinées par la suite en version Challenge ou Scuderia (version dite « light », c'est-à-dire plus légère et plus puissante que la version de série).

L'appellatif 308 GTB renseigne :

la cylindrée totale : 3000 cm3 (en réalité elle en fait : 2926 cm3),

le type de moteur : 8 cylindres en V implanté transversalement en position centrale arrière et délivrant une puissance de 255 cv (version avec carburateurs). Pour le millésime 1980 (GTBi et GTSi), l'injection diminuera fortement la puissance puisqu'il ne restera qu'environ 215 cv pour propulser la voiture. Cependant, dès 1982, les culasses comporteront quatre soupapes par cylindre pour procurer ainsi 240 cv. Le principal signe distinctif de cette version QV (quattro valvole) sera l'ajout de longues portées dans la grille de calandre, le type de carrosserie: berlinetta désignant un coupé en opposition à spyder désignant une version « targa » cette appellation étant reservée par Porsche, c'est-à-dire avec une toit escamotable.

On doit la ligne des 308 GTB (coupé) et GTS (spyder) à Pininfarina. Celle-ci est plus douce que celle de la 308 GT4 dessinée par Bertone au milieu des années 1970.

Elle apparaîtra dans la sérié télévisée américaine « Magnum », ce qui contribuera à son succès.

dimanche 14 décembre 2008

Ferrari 288 GTO Evoluzione




photos de edvvc



En 1985, Ferrari commença à développer la version Groupe B de la voiture, celle-ci fut nommée 288 GTO Evoluzione. Mais coupée dans son élan, Ferrari n'en sortira que 5 exemplaires. La préparation était pourtant remarquable, en effet elle possédait 650 ch pour un poids d'à peine 940 kg ce qui lui permettait d'atteindre 369,8 km/h (si, si en 1985) et d'abattre le 0 à 100 en 4 secondes. Elle ne connut jamais aucune forme de compétitions mais elle servira par la suite de base au développement de la future supercar de Ferrari, la fameuse F40. On peut d'ailleurs noter une ressemblance visible au niveau du design entre les deux autos (enfin plutôt monstre mécanique).

samedi 13 décembre 2008

Ferrari Superamerica

Credit : Ian Jones Photography



La Ferrari Superamerica est un coupé-cabriolet original et produit en série limitée à 559 exemplaires, basé sur la Ferrari 575 M Maranello. Elle est l'héritière de la Ferrari 550 Barchetta qui fut réalisée en l'an 2000 à 448 exemplaires.

Dernière née de la famille des Ferrari Maranello, dont la production s'est arrêtée, elle en est donc le baroud d'honneur. Elle a aussi été crée pour ressusciter l'esprit des Superamerica : modèles spécifiques à forte cylindrée, impertinence et originalité.

La finition GTC comprend : le châssis surbaissé, les grosses barres antiroulis et les freins en carbone-céramique.

Carrosserie


Cette nouvelle Ferrari, bénéficie d'un nouveau et ingénieux système de toit, breveté par Leonardo Fioravanti. Il s'agit d'un toit en verre escamotable qui après avoir été déverrouillé manuellement, pivote sur lui-même entre les montants de la custode et vient se poser sur le couvercle du coffre où il est arrimé à deux vérins. Le problème de ce toit est que s'il pleut, lorsqu'on referme le toit, tout ce qui est dessus retombera dans l'habitacle. À noter que cette version est également moins rigide que la version fermée pour des raisons que l'on connaît.

Le verre escamotable développé par Saint-Gobain, a des caractéristiques électrochromiques qui permettent de faire varier la luminosité selon cinq degrés, commandé à partir du tableau de bord.

La lunette arrière fait office de système antiremous.

vendredi 12 décembre 2008

Ferrari P4/5

L'heureux propriétaire James Glickenhaus au volant de sa Ferrari P4/5.
Credit : Chris Harrison Photography

jeudi 11 décembre 2008

Ferrari 340 America








Photos de : JaseMan (licence Creative Commons)


La Ferrari 340 America à était produite de 1950 à 1952 à 23 exemplaires. Comme son nom l'indique, elle était réservé au marché américain.

à suivre pour plus d'info....

mercredi 10 décembre 2008

Ferrari Zagato (non identifié avec certitude)


photos de Amelien (France)

Probablement une Ferrari 166 de 1948, mais je ne suis pas sur, si vous avec des infos...

lundi 8 décembre 2008

Ferrari 288 GTO (1984)



Photos de Jonathan Cence
La Ferrari 288 GTO est une supercar destinée à l'époque, une fois préparée, à courir dans le FIA Groupe B, elle fut produite à seulement 272 exemplaires et sa version Evoluzione pour le Groupe B servit de base de développement à la Ferrari F40. En 1984, Enzo Ferrari concentrait depuis plusieurs années l'ensemble de ses efforts sur la compétition et, en particulier, sur la Formule 1. Toutefois, soucieuse de combler le vide vertigineux qui séparait déjà à l'époque les voitures de sport de celles de la production, la firme de Maranello décida de concevoir et proposer une voiture conforme à la définition du FIA Groupe B, c’est-à-dire compétitive sur route comme sur circuit et satisfaisant l'obligation d'une production minimale de 200 exemplaires. Ferrari en profita pour ressortir de ses tiroirs un sigle prestigieux : GTO (Gran Turismo Omolagata).

Ainsi naquit la 288 GTO : un V8 longitudinal à trente-deux soupapes de 2855 cm³ suralimenté par deux turbocompresseurs IHI avec injection Weber-Marelli développant 400 ch à 7 000 tr/min. La cylindrée avait été déterminée pour passer l'homologation (maximum de 4 000 cm³ dans la plus haute classe du Groupe B), les constructeurs devait tenir compte d'un coefficient de 1,4 pour les moteurs turbocompressés, ce qui nous donne donc 2 855 cm³ x 1,4 = 3 997 cm³ et donc inférieur à 4 000 cm³. Il était bien évident que, s'ils étaient proposés ainsi en série, les 200 exemplaires atteindraient sans grande difficulté la puissance phénoménale de 600 ch une fois préparés. Tous les matériaux les plus performants et à la pointe de la technologie de l'époque entraient dans la fabrication de cette GTO : fibre de carbone, Kevlar, Nomex, châssis tubulaire, . . .

Les impressions de conduite générées par la GTO étaient assez diverses. Menée gentiment, il semblait évident qu'elle assumerait parfaitement des tâches aussi exaltantes et sportives qu'une corvée de supermarché ou les trajets des enfants vers l'école, mais, selon le spécialiste Don Sherman, dès lors que l'on "ouvrait en grand", elle donnait l'impression à l'accélération d'avoir été propulsée par un jet. Il faut dire qu'elle "montait" jusqu'à 304 km/h et qu'elle arrivait à 100 km/h en 4,9 secondes. Mais malgré tout cela la carrière sportive que la 288 GTO était censée entamer s'obscurcit très rapidement, puisqu'en 1986 la FISA prit la décision, à la suite de plusieurs accidents mortels en rallye, dont furent victimes entre autres Attilio Bettega et Henri Toivonen, d'enterrer la catégorie des Groupes B.

Quoi qu'il en soit, à l'époque, les 200 unités construites trouvèrent rapidement acquéreurs auprès d'heureux passionnés et Ferrari décida même de produire 72 exemplaires supplémentaires pour combler une partie de la forte demande. Côté finitions le client fortuné, 935 000 FF (142 000 €) pour la version de "base" en 1984, pouvait seulement choisir la couleur des garnitures des sièges, soit en noir intégral ou soit en noir/orange. La couleur extérieure était exclusivement disponible en rouge. La radio, la climatisation et les vitres électriques étaient toutes en option.

dimanche 7 décembre 2008

Mansory Stallone, Ferrari 599 GTB Fiorano



Photos de David B. (UK)

0 à 100 Km/h. en 3.7 secondes.
Vitesse maximum : plus de 340 km/h. ("only over" comme ils disent chez Mansory).

lundi 1 décembre 2008

Ferrari 599 GTB Fiorano (White Power)

Toute la splendeur d'une Ferrari 599 GTB dans une superbe robe blanche.



Copyright : Stephen Hayes

Ferrari est une marque déposée de Ferrari S.p.A. Ferrari illutrated est un blog amateur indépendant à but non lucratif et n'est pas affiliée à ou approuvés par Ferrari S.p.A. ou de ses filiales.


Ferrari is a registered trademark of Ferrari S.p.A.
Ferrari illustrated blog is a non-profit independent enthusiast and is not affiliated with or endorsed by Ferrari S.p.A. or its affiliates.